Sportive à la UNE

Prendre le grand large vers la mixité avec Isabelle Joschke

16 mai 2016

La navigatrice franco-allemande Isabelle Joschke malheureusement a abandonné sur le circuit de The Transat Bakerly entre Plymouth (Grande Bretagne) et New York (Etats Unis) à la barre de « Generali – Horizon mixité ». Après des années passées sur les circuits Mini et Figaro, elle a franchi un nouveau cap en intégrant la Class40 (voilier monocoque hauturier de course et de croisière dont la longueur est de 40 pieds), plongeant directement dans le grand large. Caractère franc, plutôt discrète, déterminée, Isabelle prend le large et avance toujours plus vite et toujours plus loin, que ça soit sur mer… comme sur terre ! Sur le plan sportif, comme sur le plan sociétal, Isabelle est très impliquée dans les questions de mixité. Elle a lancé la campagne HerforShe fin 2014 auprès des marins (campagne initiée par l’actrice Emma Watson et par ONU Femmes en septembre 2014), afin de les encourager dans le combat pour l’égalité des sexes en les incitant à prendre des mesures contre les inégalités.

16_06334-GENERALI-HORIZON MIXITE-Class40.tif ©ThMartinez/Sea&Co. LORIENT - BRITANNY. FRANCE . 16 Avril 2016. Isabelle JOSCHKE (FRA/GER) à bord du Class40 "GENERALI-HORIZON MIXITE"

Credit Photos : Thierry Martinez

« La femme en mer n’est pas assez représentée » ; Isabelle Joschke continue son combat pour l’égalité homme-femme dans la voile comme son combat en mer. Ambassadrice des 4 saisons du sport féminin, elle a pour ambition de faire entendre la voix des femmes, mais aussi hisser haut la mixité. « Nous sommes encore trop peu nombreuses, notamment dans les courses au large. Si les équipages féminins se développent, peu sont mixtes. Pour certains marins ou structures c’est tout simplement impensable. Encore en 2016 ! C’est regrettable » nous confie t-elle.

Malgré l’abandon d’Isabelle sur cette course en mer, le combat continue. Et tandis qu’elle continuera à voguer sur les mers, pour plus de mixité dans le sport, sur terre la polémique fait rage : en Belgique la fédération nationale de natation supprime les équipes mixtes au niveau national dans les catégories d’âges entre 12 et 17 ans. Voile comme water-polo, pourquoi les filles trop peu nombreuses dans la discipline pour ne s’affronter qu’entre elles, se feraient discriminer voire exclure ?

AB

À lire également...