Double-Je(u)

Le chemin de croix de Caroline Garcia

26 mai 2017

Après avoir choisi de se focaliser sur sa carrière individuelle en 2017, Caroline Garcia vit un début de saison difficile sur le circuit WTA. Mais à la veille de Roland-Garros, la numéro 2 française est sur le bon chemin pour se relancer.

 

Caroline Garcia n’a pas débuté sa saison 2017 sous les meilleurs auspices. Sur les courts, la Française a remporté presque autant de victoires, 14, que de défaites, 10 au compteur. 29e joueuse mondiale, Caroline Garcia a été ralentie ces derniers mois par une inflammation du nerf sciatique contractée à l’US Open 2016. « Ce sont des passages assez difficiles et il faut essayer d’apprendre de rebondir », confiait-elle en conférence de presse à Strasbourg.

Cette année, la Lyonnaise a mis un temps mort à sa présence en Fed Cup pour se focaliser sur sa carrière individuelle. Mais aujourd’hui, les tensions sont manifestes entre la Lyonnaise et ses anciennes coéquipières, comme Kristina Mladenovic avec qui elle a remporté le double dames l’an dernier à Roland-Garros. Interrogée cette semaine à Strasbourg sur son avenir en équipe de France, la numéro 2 tricolore a botté en touche : « C’est un dossier compliqué. Je n’ai pas envie de m’exprimer là-dessus. »

 

Des signes d’amélioration avant Roland-Garros

 Pour autant, à quelques jours de Roland-Garros, Caroline Garcia a des raisons de garder espoir : « Concernant ma blessure, ça ne va jamais assez vite mais il y a des signes positifs et j’essaie de garder ça en tête. » Sur le terrain, après deux éliminations rapides à Madrid puis à Rome, la joueuse de 23 ans est en demi-finale de Strasbourg, où elle est tenante du titre. Jeudi, Caroline Garcia a éliminé la Tchèque Kristyna Pliskova en deux sets et atteint le dernier carré. Menée 4-0 dans le premier set, la Française a renversé la vapeur, remporté le set au tie break (7-6 (7/3), et elle s’est envolée dans la seconde manche (6-2). A la veille du Grand Chelem parisien, Caroline Garcia est peut-être en train de renaître.

Assia Hamdi

À lire également...