Société

Journée du Basket Féminin à Cholet : « le basket féminin est toujours en manque de reconnaissance »

4 octobre 2017

Journée du basket au féminin, en voilà une initiative ! Il y a un mois cet évenement s’est tenu à Cholet, organisé par la section basket de la Jeune France de Cholet. Son but : « faire valoir le sport au féminin évidemment, et surtout le basket.» La journée fut rythmée de plusieurs temps forts avec 5 matchs donc 10 équipes féminines, soit environ 90 joueuses dont 22 joueuses professionnelles et environ 600 spectateurs sur l’ensemble de la journée. Puis pour finir un match de Gala opposant les équipes pro de l’UFAB et de Nantes Rezé Basket. Une réussite pour Antoine Rivereau, président du comité d’organisation du Cholet Mondial Basketball à l’initiative du projet, l’évenement est à reconduire. Interview.

 

Comment vous est venue l’idée de créer cette journée féminine ?

Depuis plusieurs années, la section JF Basket m’a missionné pour développer le secteur féminin du club, cela passe très concrètement par le terrain et le choix de bons cadres et de bonnes joueuses mais aussi par la création d’évènement comme celui-ci. La section Basket de la Jeune-France Cholet est référente sur des matchs de gala et l’organisation d’un tournoi International de renommée européenne et il était ainsi assez facile de décliner celui-ci sur une journée dédiée au basket au féminin. Le Cholet Mondial Basketball et la section Basket (toutes deux des sections du grand club omnisports de la Jeune-France Cholet) se sont associés et ont réuni leurs compétences respectives pour se lancer dans un nouveau projet.

 

Comment envisagez-vous le futur de cet événement ? Des projets de développement ?

Cet événement est tout jeune car nous étions à sa deuxième édition et il faut encore travailler les fondations avant d’apporter de grandes modifications. Cela passe tout d’abord par fédérer l’ensemble du club sur le projet puis ensuite essayer de remplir le complexe Darmaillacq (700 places) sur le match de gala Pro. Nous pouvons malgré tout travailler sur la venue d’une sportive de haut niveau, basket ou pas, marraine de l’évènement. A ce titre, nous pourrions associer le magazine « Les Sportives »  à cette démarche même (rires).

 

 

 

 

Pour vous cet événement peut il devenir aussi important que le Cholet mondial basketball ?

Il n’est pas concevable de comparer ces deux évènements de par leur histoire déjà. Le Cholet Mondial Basketball existe depuis 1982 et il est dédié aux jeunes basketteurs de moins de 19 ans sur 4 jours de compétition alors que la journée basket au féminin n’arrive tout juste qu’à sa deuxième édition.

 

Dans l’idéal quelle ampleur aimeriez-vous que prenne cette journée ?

Je ne sais si nous pouvons accéder à l’idéal mais j’aimerai déjà associer d’autres sports féminins à cette journée voir week-end… D’autres sports féminins pourraient effectuer des démos autour de cette journée ou week-end féminin par exemple. Ensuite, il faudrait recruter une grosse pointure du basket féminin (Bourges, Lyon, Villeneuve d’Ascq, Lattes Montpellier) contre une équipe locale et il est vrai que nous sommes assez bien fournis actuellement dans la région avec 3 clubs Pro à proximité de Cholet (La Roche /Yon, Nantes Rezé Basket et UFAB Angers). Enfin, mon approche internationale via l’organisation du Cholet Mondial Basketball, me pousserait volontiers à faire venir une équipe étrangère sur cette journée. C’est sans doute un tout autre challenge mais il faut toujours un peu rêver pour avancer, non ?

Le basket féminin est toujours en manque de reconnaissance et cela passe par ce type d’événement.

 

Comment choisissez-vous les équipes ?

Actuellement, le recrutement est effectué par mes relations ou des opportunités. Il existe clairement de très bonnes relations entre Brito de Sousa (Pdt de l’UFAB Angers) et moi-même. De plus le staff technique depuis des amis, ce sont des amis et des personnes charmantes. Il est donc plus facile de nouer des liens et d’envisager de tels échanges. Concernant la venue de Nantes cette année, cela est passé par mon ami Laurent Buffard, entraîneur Pro, Champion d’Europe avec les féminines de Valenciennes durant les grandes heures du club nordiste.

 

Qu’est ce que cela représente pour vous d’être président et à l’initiative d’une telle journée ?

Il n’existe pas vraiment de présidence sur cet événement sinon une association de compétences entre deux entités la section JF Basket et le Cholet Mondial Basketball. Il est vrai que j’ai proposé et créé le projet mais j’essaie avant tout de valoriser ces compétences et les fédérer au projet global. Je me qualifierais plus comme chef d’orchestre.

 

Pensez-vous que cette journée peut inciter d’autres clubs à faire quelque chose de semblable ?

J’espère que cette initiative se multiplie. Le sport féminin, le basket féminin est toujours en manque de reconnaissance et cela passe par ce type d’événement. Le basket féminin en nombre de licenciées stagne et ne progresse plus par rapport au basket masculin et il faut donc se retrousser les manches pour garder de bonnes bases de travail sur l’ensemble des clubs du territoire.

L.S.M

À lire également...