Billets d'humeur

Margot Ridon « j’ai appris que l’information ne va pas sans une bonne communication »

27 juillet 2018

Bonjour à vous fidèles lecteurs et lectrices des Sportives,

Depuis trois mois, je participe à la vie du magazine, de son site internet et de l’animation de ses réseaux sociaux en écrivant des articles ou en les publiant. Maintenant que ce stage touche à sa fin, je voulais partager cette expérience unique que j’ai vécu au sein des Sportives.

Étudiante en journalisme au sein du master Journalisme et média numérique de Metz, j’étais à la fois impatiente et excitée à l’idée de commencer ce nouveau stage au sein d’un média sportif, engagé pour faire évoluer la médiatisation des femmes. Moi qui rêve de devenir journaliste sportive, je n’avais cependant jamais fait de stage dans un média exclusivement dédié au sport. Cette nouvelle expérience allait donc être déterminante pour mon avenir.

Chaleureusement accueilli par Aurélie à mon arrivée, j’ai vite plongé dans le grand bain avec le projet en cours : la sortie du numéro 8 du magazine, le numéro des 2 ans. Pression supplémentaire, celui-ci allait paraître en kiosque à sa sortie avec le magazine L’Équipe, tout devait donc être terminé très rapidement. J’ai été sollicité tout de suite pour aider le maquettiste à relire et boucler les 76 pages du magazine, que vous attendiez patiemment dans les kiosques ou vos boites aux lettres. Moi qui ne connaissais pas non plus l’univers de la publication, j’ai dû rapidement m’adapter à un nouveau rythme de travail, plus réflexif que celui dont j’avais l’habitude. Rapidement, j’ai appris à devenir la collaboratrice d’Aurélie qui me considérait comme tel et non comme une simple stagiaire.

Le 7 avril marque les 2 ans du magazine et c’est à cette occasion que nous avons organisé une soirée pour remercier nos partenaires de leur fidélité. Une soirée que j’ai eu la chance de co-organiser. Un nouvel exercice pour moi qui n’est pas habitué à faire beaucoup de communication. Mais c’est aussi ce que m’aura appris ce stage, l’information ne va pas sans une bonne communication que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans les messages que l’on diffuse. Voir l’envers du décor était une bonne expérience en tant que journaliste, car on ne se rend pas toujours compte de l’effort déployé par nos collègues chargés de la publication et de la promotion au sein d’un média.

Une chose est sûre, chez Les Sportives, on ne se repose jamais entres les événements sportifs, les salons, les événements partenaires, les séances photos et les interviews, on n’a pas une seconde de répit. Le plus important pour moi reste les rencontres humaines que j’ai pu faire que ce soit lors des interviews ou même au sein de l’équipe Les Sportives qui m’a accueilli comme un membre à part entière. C’est là la force du magazine, des personnes qui travaillent en collaboration pour un seul et même but, promouvoir le sport au féminin. Mais cette cohésion, comme le magazine, repose essentiellement sur Aurélie, sa directrice, peut-être trop parfois lorsqu’on se rencontre qu’à elle seule, elle organise et gère à peu près tout. Je me dis qu’elle aura besoin d’encore plus de soutien pour l’avenir et la pérennité de ce beau média qu’est Les Sportives.

Un stage, c’est aussi quelques opportunités qu’il faut saisir et au-delà du travail au sein d’un média sportif, celui-ci m’aura aussi permis de réaliser l’un de mes rêves, assister à un match de tennis sur le mythique court Philippe Chatrier à Roland-Garros et cerise sur le gâteau, de pouvoir assister à un match de la légende Rafaël Nadal. Je remercie donc Aurélie pour cette chance et tout ce qu’elle m’aura apporté en travaillant pour elle et Les Sportives. Continue à te battre pour que ce média puisse souffler une nouvelle bougie l’an prochain. Et à vous, chers lecteurs, restez fidèles au magazine Les Sportives et abonnez-vous si ce n’est pas déjà fait.

Margot Ridon

À lire également...