C'est collectif

Le sandball : une pratique mixte dans un esprit « fun et convivial »

14 juin 2018
Depuis 1995, tous les étés, le sandball occupe les plages de France. Le sandquoi ? Discipline festive et colorée, le handball-dans-le-sable, pour simplifier, est organisée par l’association « Handballez-vous ». Crée à l’époque par les Barjots[1] pour se retrouver en dehors des gymnases, la pratique a connu différentes évolutions ces dernières années. Alors que l’Euro féminin aura lieu cet hiver dans l’hexagone, rencontre avec Marilyne Felgueiras, présidente de l’association, à l’approche de l’été…
L’esprit initial des Barjots souffle-t-il toujours sur le sandball ?

Marilyne Felgueiras : Bien sûr ! Quand les Barjots ont crée le sand, ils jouaient toute la saison les uns contre les autres dans leurs différents clubs et voulaient partager un bon moment ensemble. Mais aussi avec le public lambda, pas forcément handballeur le reste de l’année. L’idée n’est plus d’être adversaire mais partenaire de jeu. Malgré les années, l’état d’esprit est resté. Le sandball c’est pouvoir se retrouver entre amis ou en famille, en dehors des parquets dans un esprit fun, convivial. On est axé sur l’amusement et le partage plutôt que la compétition.

Qu’est ce qui fait vivre l’esprit festif du sandball ?

Ce sont les participants qui ont ça en eux lorsqu’ils jouent déguisés par exemple, mais aussi les bénévoles Handballez-vous qui donnent à voir du beau jeu. Ils sont garants de « l’esprit sand ». C’est être écolo en rendant la plage de l’événement propre ou en favorisant le fairplay entre les participants. Depuis plusieurs années, on a mis en place diverses animations durant les tournois. Les gens peuvent gagner des cadeaux sur un blind test géant ou un concours de haka quand ils n’ont pas match. Et puis, évidement, il y a un DJ qui anime la plage le vendredi et le samedi soir avec une buvette et un repas proposé par les clubs qui nous accueillent.

Une femme présidente, cela a-t-il changé des choses dans l’association ?

En 2010, lorsque je suis devenue présidente, il n’y a pas eu de changement majeur du fait que je sois une femme. Par contre, cette même année, le conseil d’administration a rendu la pratique mixte alors qu’auparavant il y avait un tournoi féminin et un autre masculin. Cela s’est fait très naturellement et était bien la volonté de tous. Le sandball c’est la mixité, le partage. Si on n’est pas capable de partager la même passion, on n’est pas dans l’esprit.

La Fédération Française de Handball essaie quant à elle de développer le beach handball. Cela rentre-t-il en contradiction avec le sandball ?

Ce sont deux pratiques complètement différentes. En tant qu’association, on peut se permettre de faire perdurer cette pratique festive alors que la Fédération est sollicitée par la fédération européenne et internationale pour participer à des compétitions. Le beach, c’est de la compétition avec des règles spécifiques. D’ailleurs, on propose aux équipes de France de beach de venir sur nos étapes pour faire des démonstrations et montrer que les deux ne s’opposent pas.

Aujourd’hui, il y a une centaine de sandball organisés un peu partout et seulement trois le sont par Handballez-vous. Etes-vous moins sollicité du fait que le handball se soi professionnalisé et que les stars soient moins présentes sur les étapes ?

Le but de l’association a toujours été de developper le sandball. C’est donc une excellente chose que les clubs aient pris en main cette pratique et organisent leur propre tournoi. Il y a 20 ans, on était des pionniers, mais peut être qu’un jour « Handballez vous » n’aura plus besoin d’exister. Avant on avait 10 dates au tournoi parce qu’on était les seuls à organiser.

En ce qui concerne les joueurs, le handball s’est professionnalisé, le calendrier est devenu très dense et ils ne peuvent plus se permettre de le faire. Le sandball a lieu l’été et ceux-ci sont souvent en vacances. Ceux qui le peuvent viendront, comme Patrice Annonay (D1-Tremblay), Johan Caron (D1-Massy), ou Walid Badi (D1-Ivry) sur l’étape de Torcy. Valerie Nicolas, même si elle ne joue plus, est venue à Angouleme il y a trois ans et Arthur Vigneron y sera présent cette année encore. Les gens ne viennent pas uniquement pour les stars heureusement ! (sourire) »

Les dates du Sandball Tour 2018 :

  • 15,16,17 juin : Torcy (77)
  • 29, 30 juin et 1er juillet : Angoulême (16)
  • 6,7,8 juillet : Port-Saint-Louis-Du-Rhône (13)

[1] Les Barjots sont la première équipe à avoir donner une médaille d’or à la France en remportant les Championnats du Monde de handball en 1995.

Mejdaline Mhiri

À lire également...