Dossier

SUPPORTRICES AU STADE, UNE AUBAINE ECONOMIQUE POUR LES CLUBS

16 octobre 2018
Lorsqu’on parle de ferveur dans les stades de football, on ne pense pas en priorité aux femmes. Pourtant, les supportrices de ce sport roi sont de plus en plus nombreuses à assister aux matchs, en direct des tribunes. En France, sur 32 millions d’intéressés par le football, 43% sont des femmes1. Pour les clubs désireux de remplir leur stade, cette nouvelle cible féminine revêt un enjeu économique stratégique.

Près de 14 millions de femmes en France se passionnent pour le ballon rond. Ce chiffre pourrait presque donner le vertige aux plus grands clubs de football français. En effet, compte tenu de l’importance du football dans la médiatisation des événements sportifs, les femmes s’emparent, elles aussi, de cette ferveur et souhaitent vivre leur passion au plus près des joueurs, dans une ambiance festive.

Selon notre étude2, supporter son équipe (29%) et partager un moment sportif entre amis ou en famille (28%) sont les deux principales motivations des supportrices pour assister à un match. En effet, ces femmes souhaitent créer du lien social ou approfondir la relation avec d’autres fans. A ce titre, Fabien ALLEGRE, directeur du Merchandising et de la diversification de la marque Paris Saint-‐Germain, atteste avoir constaté depuis 2011 une hausse visible de la fréquentation des femmes au Parc des Princes. « Cette tendance s’explique par la popularité croissante du football auprès des femmes que ce soit sur le terrain ou en dehors et de l’amélioration significative des conditions d’accueil et de sécurité au Parc des Princes ».

A ce titre, qu’ils soient hommes ou femmes, les fans du ballon rond vivent (21% pour les femmes contre 25% pour les hommes) un match comme un véritable spectacle, un moment de divertissement. L’ambiance exceptionnelle entourant les matchs est un facteur clé de mobilisation des supporters, séduits par le côté événementiel. Le Club du PSG confirme une fois de plus ce résultat : « les femmes nous disent souhaiter être traitées comme leurs homologues.  Au-­‐delà de l’ambiance au stade, nous avons beaucoup travaillé pour offrir aux femmes comme aux hommes des expériences leur permettant  d’afficher tout leur amour pour le club

Mais quelles sont les habitudes de consommation des supportrices lors d’un match ? Hommes et femmes sont près de 56% à consommer au moins une boisson durant le match, il n’y a pas de différence de ce côté-­‐là. De même, pour la boutique souvenir, même si le pourcentage de consommation est bas, seulement 7% des supporters y achèteraient un souvenir. Prenons de nouveau l’exemple du Club du PSG. Au-­‐delà de l’expérience spectateur au stade, l’actuelle stratégie de diversification de la marque Paris Saint-­‐Germain permet au Club de se rapprocher des femmes. Selon Fabien Allègre, le Club a accéléré ses collaborations dans l’univers de la mode féminine, comme c’est le cas avec la marque parisienne Blune qui présente des pièces tendance affichant une appartenance au Club raffinée, o u avec Hello Kitty qui propose des vêtements et bijoux pour femmes et fillettes. Ou bien encore le partenariat avec la marque de haute couture Koché, lors de la Fashion Week 2017 à Paris.

Cependant, il est important de noter une différence : leur rapport au digital est inégal. Les femmes sont bien plus actives sur les réseaux devant un match : deux sur trois partagent au moins une photo3. Elles sont largement plus nombreuses à consommer du contenu footballistique et ont tendance à revendiquer leur soutien sportif en ligne. Cette visibilité pour un club est une opportunité d’acquisition de notoriété supplémentaire.

Indéniablement, cet engouement n’est pas prêt de ralentir. Lorsque l’on demande aux femmes si elles seraient prêtes à assister à davantage de matchs en direct d’un stade, 92% d’entre elles répondent favorablement. Le Parc des Princes affiche aujourd’hui complet à chaque match et c’est en partie grâce à la présence toujours plus importante des femmes. Comme l’atteste Fabien Allègre, « les différents projets évoqués ont favorisé cette hausse et contribuent à tendre vers un public de plus en plus mixte ». L’avenir des stades pour les supportrices s’annonce donc florissant et l’on comprend l’enjeu des clubs de football qui s’intéressent à cette cible économique stratégique en pleine effervescence.

Par Marie Gallas

Article extrait du numéro 9 Les Sportives

 

1 Etude réalisée par Havas Sports & Entertainment, publiée le 8 mars 2017.

2 Enquête réalisée par Les Sportives sur un panel de 325 personnes fréquentant les stades, mai 2018.

À lire également...