Société

Fatima Al Ali, la hockeyeuse qui change l’image de la sportive aux Emirats

18 avril 2017

Hockeyeuse depuis 2011 aux Emirats Arabes Unis, Fatima Al Ali, 27 ans, oeuvre, par son parcours et par son message positif, pour que la femme prenne sa place dans le hockey et dans le sport au Moyen-Orient.

En février dernier, Fatima Al Ali a réalisé son rêve. Joueuse de hockey aux Emirats Arabes Unis, cette jeune femme de 27 ans a rencontré à Washington son équipe préférée, les Capitals. Fatima fut invitée dans la capitale américaine par la Ligue nationale de hockey américaine (NHL), dans le cadre de son programme « Hockey for Everyone », qui vise à promouvoir l’inclusion sociale par le hockey. En plein « muslim ban », les médias américains n’ont pas raté une miette de sa venue. Fatima qui manie une crosse. Fatima, voilée, tout sourire, qui échange des palets avec son idole, le capitaine Alex Ovechkin. Et même Fatima qui fait un selfie au milieu du Verizon Center en donnant le coup d’envoi d’un match. Au-delà de cette opération de com’ bien rodée, la venue de cette hockeyeuse émiratie fit parler de la place de la femme dans le sport au Moyen-Orient.

Le hockey, une découverte à l’âge de sept ans

Aux Emirats, où le football est star, Fatima a découvert le hockey à sept ans. « Ce sont des films comme le film ‘Les Petits Champions’, qui m’ont fait aimer ce sport. « La jeune femme se souvient de sa première fois sur une patinoire. « Ce jour-là, je crois que je suis tombée amoureuse de la glace. Ensuite, j’ai appris à patiner toute seule. » Dans un pays où des températures de 50°C n’étonnent personne, le hockey fait pâle figure. » Nous n’avons que trois patinoires officielles dans tout le pays et il y a une heure et demi de trajet entre chacune. » Alors, les clubs de sports de glace s’arrangent entre eux. « Les équipes de patinage et de hockey s’entraînent de façon alternée. »

Fatima grandit en pratiquant d’autres sports, comme le basket, le tennis ou encore le golf. « Je faisais du sport dans mon quartier. Et à l’école, le sport, c’était tous les jours ! » Mais Fatima développe aussi d’autres qualités. La photographie, qu’elle découvre à 13 ans. « A 18 ans, je suis devenue photographe officielle de l’équipe masculine de hockey. » C’est alors que sa passion pour le hockey a refait surface. « Quand l’équipe nationale féminine a été créé, en 2011, j’ai rejoint le groupe. » Six ans après, à 27 ans, elle a aussi été coach et arbitre. Un vrai couteau suisse. « Je suis une personne très active. J’aime enchaîner les activités dans une même journée. » Cette évolution constante, Fatima la doit à son père, décédé il y a quelques semaines. « Il m’a toujours soutenu, quoi que je fasse ». Mais son supporter numéro un, c’est son frère de 23 ans, Mohamed, qu’elle a emmené avec elle à Washington. « Elle est mon inspiration et j’espère être un jour aussi accompli qu’elle, dit d’elle Mohamed. Elle a beaucoup de qualités, mais c’est surtout une personne forte et dédiée à ses passions. »

A Washington, son rêve de fan de hockey devenu réalité

En novembre dernier, Peter Bondra, une ancienne gloire du hockey, se rend à Abu Dhabi. « Il assistait à un tournoi pour enfants que je devais arbitrer. A la fin du tournoi, je m’amusais par hasard à faire tourner une crosse et j’ai vu que Peter regardait mes gestes. » Fasciné par la technique de Fatima, Peter Bondra lui demande s’il peut la filmer et poster la vidéo sur Twitter. Fatima accepte. Sur le net, les images sont virales. Quelques semaines après, Peter Bondra organise une conversation Skype avec Fatima et lui annonce qu’elle a gagné un voyage pour rencontrer les Washington Capitals. La jeune femme fond en larmes. « Aller à Washington pour voir un match et rencontrer les joueurs était l’un de mes rêves depuis que j’ai commencé le hockey, nous raconte t-elle. C’était énorme, pour moi. »

Améliorer la place de la femme dans le sport aux Emirats

Médiatisée aux Etats-Unis, la visite de Fatima a permis de faire la lumière sur la pratique du hockey au Moyen-Orient. « Là-bas, beaucoup de gens étaient surpris de savoir qu’on avait du hockey aux Emirats Arabes Unis. » Sur place, Fatima a rencontré l’ambassadeur émirati aux Etats-Unis et a échangé avec lui sur le rôle croissant de la femme dans le sport aux Émirats. Aujourd’hui, Fatima est assistante en ressources humaines à la Ladies Sport Academy, une institution gouvernementale créée en 2010 pour promouvoir et améliorer la pratique féminine sportive aux Emirats. « Cet organisme a été créé pour encourager les femmes à faire du sport, explique Fatima. Le Moyen-Orient a encore du chemin à faire mais beaucoup de talents cachés ne demandent qu’à être découverts. »

En attendant, Fatima se rend compte que le sport lui a apporté beaucoup. « D’abord, ça m’a permis d’avoir une bonne santé. Et quand on pratique un sport collectif, on apprend beaucoup sur soi-même et sur notre façon d’interagir avec les autres. » Aujourd’hui, Fatima incite chacune et chacun à poursuivre ses passions et à passer outre les doutes de ses proches. « Votre famille et votre entourage accepteront vos passions si vous leur montrez que vous aimez ce que vous faites et que vous vous y dédiez. » Fatima Al Ali en est la preuve. « Au départ, ma mère ne voulait pas que je fasse du sport. Aujourd’hui, elle ne rate aucun de mes matches. »

 

Assia Hamdi 

À lire également...