La Sportive by FDJ

Charlotte Bravard « Les mentalités évoluent et si je peux répéter qu’il ne faut jamais hésiter à se lancer, je le ferai ! « 

20 novembre 2017

la sportive by

LE PORTRAIT DU MOIS

Dans le cadre de son programme d’actions Sport Pour Elles, FDJ soutient et encourage les championnes, et agit pour donner envie à toutes les femmes de pratiquer une activité sportive et faire évoluer les mentalités. #SportPourElles

interview

Charlotte Bravard
« Les mentalités évoluent et si je peux répéter qu’il ne faut jamais hésiter à se lancer, je le ferai ! « 

Saint-Omer, Pas-de-Calais, 25 juin 2017. Après un peu plus de 108 kilomètres de course, Charlotte Bravard l’a compris. Dans quelques mètres, elle sera championne de France. La native de Dreux franchit la ligne d’arrivée en roue libre, se laissant gagner par l’émotion. Aujourd’hui, elle savoure. « Le circuit n’était pas dur, plutôt très tactique, donc nous avions toutes notre carte à jouer. Je suis partie en échappée très loin pour avoir ma chance et ça a bien tourné »sourit-elle, ravie.

 


Une victoire et un trophée que la sportive partagera très vite avec ses coéquipières de la Team FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope. Parce que, pour Charlotte Bravard, le cyclisme est un sport collectif. Et ça depuis toujours. « Toute ma famille faisait du vélo, autant mes parents que mes cousins ou ma grande soeur donc je m’y suis mise naturellement à 7 ans, explique la jeune femme de 25 ans. Au début, ça ne me plaisait pas forcément mais au fur et à mesure que j’ai commencé à prendre du plaisir et progresser, j’ai adoré ça. »

Une décision jamais remise en cause. D’autant que le cyclisme au féminin est en plein essor. « Cela fait quatre ans que je suis dans la Team FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope . Après mes études, je me suis lancée à fond dans le vélo. Depuis un an, je suis passée professionnelle et désormais je perçois un salaire, ce qui n’était pas le cas avant.

Depuis que les médias s’intéressent au cyclisme au féminin, cela a également attiré les sponsors. Notre médiatisation s’améliore. Depuis le titre, je suis davantage sollicitée par les médias, on me reconnaît un peu plus. Tout cela me permet de prendre confiance. »

Une plus grande notoriété dont elle veut profiter pour partager son expérience. « Récemment, j’ai participé à un débat sur le cyclisme au féminin qui n’était pas uniquement centré sur le haut niveau. Pour moi, c’était important d’y être parce que je porte un maillot qui véhicule une bonne image de notre sport et que c’est en échangeant que l’on peut avancer. Je crois que les mentalités évoluent et si je peux répéter qu’il ne faut jamais hésiter à se lancer, je le ferai ! »

Actuellement au repos, la sportive au profil de « puncheuse » se ressource avant d’attaquer de nouveaux objectifs la saison prochaine, en janvier. « Je veux continuer à progresser dans les courses UCI (ndlr Union Cycliste Internationale) car l’écart est encore important avec les courses françaises. Avec le reste de la Team, on va essayer de gratter des places au classement mondial par équipe. » Et continuer si possible de profiter de tout ce que son sport lui offre. « Avec le vélo on a la chance de beaucoup voyager. Nous avons disputé une course sur une île en Chine, c’était vraiment magique. L’année dernière, nous avons participé pour la première fois au Giro féminin. Pendant une semaine, on en a pris plein les yeux. »

 

Son palmarès

2013 : Seconde au classement de la Semaine Cantalienne

2014 : Troisième du Grand Prix de Plumelec

2015 : Seconde du Tour de Charente-Maritime

2017 : Championne de France sur route

À lire également...