Sportives du dimanche

Les 20 km de Paris, la consécration de Veronique Jacquin, sportive rigoureuse

8 août 2018
Dans deux mois se tiendra une course emblématique dans le calendrier des runneurs et des runneuses : la 40édition des 20 km de Paris. 66 jours exactement, ça paraît loin, et pourtant pour ces femmes qui se préparent à se lancer pour la toute première fois sur la distance de 20 km, ça va arriver vite ! Rencontre avec ces femmes, dont Véronique Jacquin, pour qui « venir courir les 20 km est un rêve de môme ».

« J’ai toujours été très sportive entre le ski, le vélo, le paddle, le yoga, le roller, etc. » Véronique Jacquin est annecienne, sportive aux multi-activités et passions. A 45 ans, à son compte depuis quinze ans, cette mère de trois garçons ne pensait pas un jour se mettre à la course à pied. Finalement c’est un déclic dans sa vie, qui va lui donner l’envie et surtout le besoin de courir : « Il y a trois ans, mon papa est mort d’une maladie. Je suis fille unique et pour exulter mon chagrin, je me suis mise à courir. Le Run, comme je l’appelle, m’a sauvé de la dépression. »

Je ne suis pas une Super Woman, alors que je suis juste une femme rigoureuse.

Au fur et à mesure de ses moments de course à pied, Véronique perçoit qu’elle développe aussi son esprit d’entreprendre professionnellement et personnellement : « Je suis en super forme physique et même psychologique. Ce que je ne retrouvais pas dans les autres sports que je pratiquais. Tout le monde et surtout mes fils me prennent pour Super Woman, alors que je suis juste une femme rigoureuse. »

Depuis, elle court six jours sur sept, dans la montagne ou sur le bord du lac d’Annecy et se lance des défis aussi souvent qu’elle le peut. Semi-marathons d’Annecy, de Budapest, de Genève ou encore le trail d’aprement, elle prévoit même dans les mois à venir de prendre part à la course mythique Marseille-Cassis, au Marathon de New York et de réaliser un de ses rêves, l’ascension du Mont Blanc.

Mais la course des 20 km de Paris a une place particulière dans le cœur de cette runneuse. « J’ai vécu à Paris et venir courir les 20 km, reste un rêve de môme. Alors vivement que la date soit demain! J’adore la ville de Paris, je ne me lasserai jamais de ses monuments, de sa plus belle avenue, de la Seine. J’affectionne aussi l’ambiance et les Parisiens. »

Il est certain que Véronique ne s’arrêtera pas de courir de si tôt : « Les 20 km de Paris, je les réussirai cette année, jusqu’à la fin puis je les ferai tous les ans, c’est ma promesse. » 

 

Propos recueillis par Déborah Sarfati

À lire également...