Des clubsSportives en collectif

Philippe Legname « notre objectif est de toujours bien mettre en avant la sportive de haut niveau »

22 septembre 2018
A tout juste 3 semaines de l’Open LFB, rencontre avec Philippe Legname, président de la Ligue Féminine, qui se réjouit de la longévité de l’événement et du partenariat avec la MAIF sur cette 14e édition.

 

L’Open LFB marque le début de la nouvelle saison de Ligue Féminine. Quel va être cette année l’enjeu sportif de cette édition ?

 On a déjà une très bonne nouvelle, c’est que des joueuses françaises qui jouaient en Euroleague l’année dernière vont venir jouer en France. Je pense à Endy Miyem, qui jouait à Schio, et à Helena Ciak, qui évoluait à Koursk. Leur retour va renforcer le championnat. Il y aura aussi trois joueuses américaines qui sont championnes aux Etats-Unis. Bourges a dominé le championnat sur la décennie, en remportant six des dix titres, mais cette année, la concurrence va être plus rude car les clubs se sont renforcés. L’Asvel a par exemple fait un très bon recrutement et a des ambitions pour l’Euroleague. Montpellier a aussi dans son effectif cinq joueuses de l’Équipe de France. Notons aussi la présence de Villeneuve d’Ascq qui va participer à l’Euroleague, tout comme Charleville-Mézières, mais aussi de Tarbes et de Basket Landes.

 

La MAIF s’engage aux côtés de la Ligue Féminine de Basket à travers l’Open LFB qui devient le MAIF Open LFB. Qu’est-ce que ce partenariat va apporter à l’événement ?

Depuis mon arrivée à la présidence en 2012, on a essayé de développer les partenariats et de communiquer. Le naming de l’Open LFB par la MAIF va dans ce sens. Ce partenariat prestigieux va permettre de développer la ligue féminine et le basket féminin. Il va aussi accroître la visibilité et la médiatisation et permettre de développer le sport féminin via les programmes de la MAIF dans le sport, comme autour du bénévolat, par exemple. C’est donc très positif pour le basket d’avoir ce partenaire national connu et reconnu.

 

Il s’agit de la 14e édition de l’Open LFB : quel bilan faites-vous de cet événement et y a t-il des nouveautés pour cette édition ?

Le fait que cet événement perdure est une preuve de réussite. Il y a quelques années, lors de la première journée, les douze équipes se rencontraient. Il y a quatre ans, nous avons ajouté le match des champions. Il y a une innovation supplémentaire cette année puisqu’on programme un match en lever de rideau. Le premier jour, le Centre fédéral en Ligue féminine 2 (internationales jeunes) va recevoir Toulouse. Ce sera l’occasion de réunir toute la famille basket sur un weekend, que ce soit les joueuses, les entraîneurs les dirigeants et les supporters. Enfin, c’est un événement qui plaît aussi beaucoup aux joueuses.

 

L’Open LFB a une nouvelle identité visuelle, comment s’est fait le choix de cette évolution ?

On essaie toujours d’innover dans le décor de l’Open LFB. Cette année, il y avait une volonté de moderniser le code graphique de la ligue. Nous avons recherché un univers épuré, féminin et gracieux. L’idée était d’opter pour une teinte neutre, qu’aucune des équipes ne porte. Côté couleur, nous avons opté pour un vert pétillant, qui accroche, dont l’objectif est de bien mettre en avant la sportive de haut niveau. Nous sommes aussi en consultation avec les douze clubs qui participent à l’événement pour avoir leur avis.

 

Propos recueillis par Assia Hamdi

À lire également...