Les P'tites Pouss'

Marathon des sables, Emily Rolfe a 16 ans « Rien n’est impossible »

10 avril 2017

La 32e édition du Marathon des Sables a débuté ce dimanche dans le Sahara. Réputée pour être une des courses les plus difficiles au monde, l’épreuve réunit 1167 concurrents dont environ 20 % de femmes. Plus jeune coureuse, l’Anglaise Emily Rolfe (16 ans) s’est élancée sur les six étapes du parcours long de 237 km en compagnie de son père, et pour une cause qui leur est chère.

Pour chacun des 1167 concurrents présents au Sahara depuis vendredi, le Marathon des Sables (MDS) est d’abord une histoire de dépassement de soi. Pour les Rolfe, c’est aussi une histoire de famille. Au Maroc, il y a le père, Benjamin, un Anglais de 44 ans, agent de change à Monaco, qui a pris le départ de l’épreuve pour la deuxième fois « après une expérience de vie intense en 2011 ». ll y a aussi la fille, Emily, pas encore 17 ans (elle les aura le 17 mai prochain), plus jeune coureuse du MDS 2017 à l’expérience et la maturité déjà impressionnantes. Rien ne semble freiner la détermination de cette lycéenne monégasque (1re S) au moment de se lancer avec son père dans une course pourtant réputée une des plus difficiles au monde.

« L’envie de me mesurer au Marathon des Sables est d’abord venue de mes participations à la No Finish Line à Monaco*, avec 150 km parcourus en 2013, 207 km en 2014, 223 km en 2015 et 233 km en 2016. Un drame a été l’autre élément déclencheur de son souhait de participer à l’aventure. « Le coach de mon père, qui l’avait entraîné pour le MDS en 2011, s’est suicidé en 2014. Comme papa savait comment se préparer à cette course, j’ai décidé il y a deux ans que ce serait lui qui m’entraînerait et qu’on y participerait tous les deux » raconte l’adolescente, dont le goût pour le sport est venu sur le tard, séduite par ses vertus plus solidaires. « Quand j’étais plus jeune, je n’étais pas vraiment sportive. Pire, je détestais le sport, parce qu’on était notés à l’école, et que ce système-là ne me motivait pas. J’ai commencé à aimer l’effort physique après avoir participé à des camps pour les jeunes en Angleterre (Outward Bound). Là, vous vous retrouvez par équipes à crapahuter dans les montagnes et la solidarité devient une notion clé. Ces expériences m’ont ouvert les yeux sur le monde. »

 

Il sera de nouveau question de solidarité pour la benjamine pendant toute la course marocaine. Et toujours de famille. Car le duo père-fille courra pour Alice, 14 ans, une des deux soeurs d’Emily diagnostiquée diabétique de type 1 le 23 décembre 2013. Ensemble, ils courront pour l’association Diabetes UK, qui accompagne psychologiquement les personnes atteintes du diabète et leur entourage, avec l’idée de sensibiliser le maximum de gens autour de cette maladie. Ensemble, ils ont utilisé leur projet Marathon des Sables pour lever des fonds et sont tout proches d’atteindre leur objectif de 20 000 £ (19 303 £ le 8/04). « C’est la somme nécessaire à Diabetes UK pour se munir d’une technologie complexe permettant d’essayer de percer les secrets d’un des maux les plus dévastateurs provoqués par le diabète : la néphropathie » . Ensemble, ils se sont entraînés pour cette course depuis l’été 2016, aidés par un coach. Et ensemble, ils souhaitent démontrer que rien n’est impossible et sont déterminés à passer un message fort qu’ils aiment à répéter en choeur : celui de ne jamais abandonner.

Peggy Bergere

Leur projet : https://www.justgiving.com/fundraising/BenandEmilyRolfe

 

———-

 

  • No finish Line : Il s‘agit d’une course sur un circuit de 1400 m, ouvert 24h/24 durant 8 jours en faveur d’enfants défavorisés ou malades. Elle a lieu à Monaco chaque année depuis 2001. Chacun peut aller courir le nombre de kilomètres qu’il veut quand il le veut pendant toute la durée de la course.

À lire également...