Engagées

Manuel Picaud, « le sport doit être un tisseur de toile sociale »

10 mai 2018
Le timing se resserre pour le lancement de la 10e édition des Gay Games. Cet été du 4 au 12 août 2018 à Paris, 12 000 participants sont attendus et 36 sports seront représentés. Un événement phare coordonné par une co-présidence mixte. Découvrons ensemble qui est Manuel Picaud, l’un des co-président organisateur.  

À 53 ans, Manuel Picaud est aujourd’hui co-président et organisateur de la 10e édition des Gay Games mais cela n’a pas toujours été ainsi. Pendant près d’une vingtaine d’années, il a fait carrière dans le secteur bancaire avant de se réorienter totalement en 2005.  En 2013, il rejoint l’aventure Paris 2018 en tant que directeur financier pour ensuite être élu président en février 2014. Les Gay Games représente le plus grand événement multisportif et multiculturel, accueillant des milliers de participants sans aucune sélection ni distinction, et destiné à lutter contre toutes les discriminations.

 « Je voulais faire de la gym »

Grâce à sa famille, Manuel Picaud a pu pratiquer différents sports dès son enfance : « mes parents m’ont inscrit dans une école privée. Cela m’a permis de découvrir tous les sports. J’ai rapidement testé un peu tous les sports, j’adorais cela ». Un sport en particulier l’a marqué : « je voulais faire de la gym. Je trouvais cette pratique sportive belle, rigoureuse, et dans mon esprit j’étais capable de faire de la gym ». Mais j’ai été rattrapé par mes propres préjugés des collants blancs : « je me suis finalement inscrit à l’athlétisme plus conventionnel ».

Manuel Picaud a ensuite enchaîné les compétitions en athlétisme pour finalement choisir la voie professionnelle plutôt que le sport.

Reconsidérer le sport grâce aux Gay Games

 Créés en 1982 à San Francisco par Tom Waddell, les Gay Games ont pour objectifs de désamorcer les discriminations dans le monde du sport, encourager les personnes LGBT à s’y affirmer et s’y afficher et faire vivre le rêve olympique à un large public puisqu’ils sont organisés tous les quatre ans. C’est d’ailleurs ce qu’a vécu Manuel Picaud lors de ses premiers Gay Games : « mon regard à changer sur le sport lorsque j’ai participé aux Gay Games en 1998 avec mon ami. Ça m’a permis de déconstruire l’appréhension du sport que j’ai eu jeune ». Cette compétition sportive s’adresse à tout le monde et propose à chacun de participer à sa façon, autour des valeurs de diversité, respect, égalité, solidarité et partage. Au-delà du genre, de l’orientation sexuelle ou encore du handicap, les Gay Games réunissent esprit sportif et militantisme.

A.B

À lire également...