C'est collectif

La saison 2018-2019 sera-t-elle l’année du handball féminin ?

27 août 2018
C’est dans la Maison du handball, ce nouvel antre plein de promesses que la traditionnelle conférence de rentrée de la Ligue Féminine de Handball s’est tenue. Un temps important qui lance la saison 2018-19, la dixième depuis la création de la LFH. Joueuses, entraîneurs, présidents et personnalités du monde sportif étaient réunis pour ne pas louper le lancement de cette année qui s’annonce forcément, pas comme les autres. Récit.

 

Animée par Mary Patrux, journaliste beIN SPORTS, et rythmée par la remise des Trophées du All-Star LFH de la saison 2017-18. Nodjialem Myaro (présidente de la LFH) et Joël Delplanque (président de la FFHandball) ont été les premiers à donner la temporalité de cette conférence. Car si la LFH fête cette année ses 10 ans, tous les regards seront tournés vers les terrains de handball, qui annoncent déjà des spectacles exceptionnels.

 

UN CHAMPIONNAT DE FRANCE PAS COMME LES AUTRES

Parmi toutes les joueuses de l’équipe de France sacrées championnes du Monde en Allemagne en décembre dernier, seulement deux n’évolueront pas en LFH cette saison. De quoi donner un véritable coup de projecteur au championnat de France, qui peut également compter sur la présence d’internationales étrangères renommées, comme Ana Gros (Slovénie), Isabelle Gullden (Suède) ou bien encore Sladjana Pop Lazic (Serbie).

Les 12 clubs pensionnaires de la LFH, ainsi que les trois clubs VAP de D2F affichent leur motivation. Ce championnat s’annonce très attendu.

Du côté de l’Est de la France, les clubs sont plus déterminés que jamais : «  Ca fait 30 ans que je regarde le hand féminin. Les duels qui se présentent cette année s’annoncent encore plus beaux et forts. Les clubs ont montrés qu’ils faisaient le maximum pour se sauver. Ca va être un championnat extraordinaire. Peut être l’année d’un 23e titre de champion de France pour notre club » a relaté Thierry Weizmann, Président du Metz Handball, en ouvrant le bal des interventions.

Un peu plus au centre de la France, en passant par la Drôme, les clubs restent sur leurs réserves tendant plutôt à vouloir se structurer et à se maintenir :

Joël Cremillieux, Président de Bourg de péage Drôme handball : « Nous sommes toujours dans un projet structurant. L’idée est d’avancer et de continuer à nous construire. »

Thierry Desserey,  Président du Dijon Bourgogne Handball : « Nous sommes passés du basket au handball, nous avons vécu une saison compliquée. Notre combat était déjà de survivre. Mais nous tournons une page et nous faisons confiance à Christophe l’entraineur pour construire l’avenir de notre équipe. »

Tandis qu’à l’Ouest la détermination se fait vraiment ressentir. Guillaume Marquès entraineur du Chambray Touraine Handball : « C’est notre 3e année en playoff. Cette année on sera face à de grandes joueuses. Ça va être un championnat très dense mais palpitant. »

Dans le nord cela sera une année historique : « A Béthune ça fait 20 ans que la Région Haut-de-France n’avait pas eu de club en D1”.

 

UNE ATTENTE FORTE SUR L’INTERNATIONAL

D’un championnat dont le niveau augmente d’année en année, à l’EHF Euro 2018, la saison 2018 2019 s’annonce être un vrai tournant dans le handball féminin en France.

Cette saison, la Ligue Féminine de Handball sera représentée par cinq clubs sur la scène européenne, dont deux en Ligue des Champions avec Metz et le Brest Bretagne.

« On va faire le maximum pour faire mieux à la ligue des champions cette année. Coup de chance ou coup de poker, nous avons un centre de formation qui porte ses fruits et on y croit », souligne Thierry Weizman Président Metz Handball

Tandis que Gérard Le Saint, Président du Brest Bretagne Handball reconnait : « On a fait un peu choux blanc en ligue des champions l’année dernière. Cette année on espère aller plus loin. »

Raphaëlle Tervelle, entraineur de l’Entente Sportive Bisontine Feminin : « C’est une fierté pour le club car on est de nouveau en championnat européen. Notre objectif est vraiment de donner le meilleur et de faire de Besançon un club titré européen. »

C’est sans compter sur l’incontournable Euro 2018 qui aura lieu en France du 29 novembre au 16 décembre 2018. Olivier Krumbholz soulignant l’importance de cette manifestation qui se présente comme un événement majeur pour le sport féminin français.

Du titre de championnes du monde 2017, les joueuses ne cachent par leur émotion et leur fierté de tout donner pour faire comme leurs homologues masculin : deux titres en une année.

 

Les résultats de l’édition 2017-18 du All-Star LFH démontrent le potentiel sportif et l’excellence des sportives handballeuses en France. (Parmi lesquels la sélection d’Olivier Krumbholz est déjà très attendue.)

Les quelques 111 000 votes des internautes enregistrés sur le site HandNews couplés à ceux des entraîneurs de la LFH, ont permis de départager les joueuses nommées dans chaque catégorie. C’est Cléopatre Darleux qui a été désignée MVP de l’exercice 2017-18. La Brestoises a également été élue meilleure gardienne, et succède à Stine Oftedal en tant que meilleure joueuse du championnat. A découvrir ci-dessous le palmarès complet du All-Star LFH version 2017-18.

 

Aurélie Bresson

À lire également...