Engagées

Claire Floret : Donner des Elles au Tour de France

18 mai 2018
Claire Floret, professeure d’Éducation Physique et Sportive (EPS) a décidé d’outrepasser les codes. A 32 ans, guidée par son vélo, elle a fait du célèbre Tour de France un événement féminin à part entière.

Plus jeune, lorsqu’elle habitait le Pays basque, Sophie était mordue d’escalade. Arrivée à 24 ans en région parisienne, elle a troqué le baudrier contre le vélo. « Il y a beaucoup plus de bitume que de falaises à Paris, alors je me suis mise au vélo, comme mon copain », raconte Claire.

Un sport par défaut ? Certainement pas ! « J’ai découvert à quel point on pouvait avoir des sensations de vitesse et de rendement sur un vélo de route », explique la cycliste. Très rapidement, l’envie de débuter la compétition s’installe. « J’ai commencé dès la première année. C’était ardu, toutes les femmes courent ensemble, de la débutante à la pro. C’était très difficile mais j’y ai pris goût », précise-t-elle.

De là jaillit une nouvelle idée : créer une équipe féminine. Faute de possibilités d’accueil, le projet n’a pas pu émerger au sein du club de ses débuts. « Il n’y avait pas vraiment de place pour nous, on s’est rendues compte que si on voulait faire évoluer cela, il fallait une vraie équipe structurée, passer par la création d’autre chose ».

Nous sommes pour le retour du Tour de France au féminin ! Il existait de 1984 à 1989. Maintenant, les professionnelles ne peuvent plus y participer. 

Avec détermination, Claire et ses complices ont pris les choses à bras le corps. Elles n’ont pas manqué d’idées et de réalisme. En 2014, elles créent le club de cyclisme au féminin à Courcouronnes, dans l’Essonne. Les fondations achevées, de nouveaux projets à porter ! « On avait l’idée de diversifier la pratique compétitive de haut niveau. Alors, on a créé une section régionale ainsi qu’une section loisirs plus axée sur la pratique des jeunes filles des quartiers populaires de Courcouronnes. Puis on s’est mises à la formation des minimes et cadettes », raconte cette mordue du deux roues.

Claire fait partie de ces femmes pour qui le défi et les montagnes à gravir sont effervescence. Des sommets, elle et ses coéquipières vont en grimper. Dès 2015, c’est au Tour de France qu’elles s’attellent ! « Il y a quelque chose de militant dans notre démarche, nous sommes pour le retour du Tour de France au féminin ! Il existait de 1984 à 1989. Maintenant, les professionnelles ne peuvent plus y participer », souligne Claire. Alors, elles se sont fixé l’objectif de montrer qu’elles aussi étaient capables de réaliser les étapes du tour, un jour avant les coureurs engagés officiellement. « Au départ, on n’était que trois filles. On s’est lancées sans savoir si on allait arriver au bout, on prévoyait l’échec. Finalement, une centaine de personnes nous ont rejointes ponctuellement sur la course », partage-t-elle avec fierté.

Chaque année, l’événement rassemble un peu plus. En 2017, elles étaient onze à prendre le départ et ont coalisé près de quatre cents participants, France Télévisions s’y est intéressée quotidiennement. La première fois depuis trente ans qu’on allait parler de cyclisme au féminin tous les jours !

Par CLAIRE SMAGGHE

Article extrait du magazine numéro 8 Les Sportives

À lire également...