Double-Je(u)

Brigitte Linder présidente de la fédération française du Sport en milieu rural

1 septembre 2017
Pendant 10 jours, nous vous invitons à découvrir le portrait de ces 10 femmes, oubliées des médias et parfois du mouvement sportif lui même. Et pourtant, elles sont bien à la tête de fédérations sportives.
 

PORTRAIT 6 : Brigitte Linder présidente de la fédération française du Sport en milieu rural 

 

Les enjeux c’est de démontrer qu’une femme présidente a les mêmes capacités qu’un homme président

 

Etre présidente de fédération qu’est-ce que cela signifie pour vous ? quels sont les enjeux ?

Elue par une assemblée générale c’est la reconnaissance de capacités de devenir le leader d’une équipe capable de travailler ensemble à la construction d’un projet fédéral en faveur de l’accompagnement et le développement de la pratique du sport pour tous sur l’ensemble des territoires. Les enjeux c’est de démontrer qu’une femme présidente a les mêmes capacités qu’un homme président de mener une équipe et d’assurer la gouvernance d’une fédération. C’est également de pouvoir, par intuitivité, apporter une vision autre des problèmes, user de diplomatie pour trouver des solutions partagées avec l’équipe gouvernante.

 

Le fait d’être une femme dirigeante est-ce un frein et ou une opportunité au sein de votre fédération? Avez vous une « anecdote » positive et une négative ? 

 

C’est une lourde responsabilité. Première femme présidente au sein de notre fédération, j’ai dû trouver mes marques  et prouver ce dont j’étais capable et m’assurer de la confiance de mes pairs et des salariés. J’ai su établir des relations  « vraies » et de confiance avec les institutions. Aujourd’hui , d’après les administrateurs qui m’accompagnent , mon élection à la tête de la fédération a été une véritable opportunité pour sa reconnaissance et sa place actuelle au sein du mouvement fédéral olympique.

Pas vraiment une anecdote mais au début et parfois, encore, on me dit dans le cadre de la parité. « oui, bon, on considère que votre présidence vos la présence de deux femmes ! »

 

C’est désormais aux femmes de prendre leurs responsabilités, que ce soit dans les fédérations, les associations, les entreprises. Ne nions pas les difficultés qui subsistent et certaines disparités criantes entre les hommes et les femmes, mais nous sommes sur la bonne voie ! Comment le ressentez vous au quotidien ? 

En dehors de ma responsabilité de présidente fédérale, j’ai été élue présidente du CDOS haute Garonne en mars 2017. Dans le cadre des 13 CDOS qui composent la région Occitanie, je suis la seule femme présidente. Là, aussi, je dois trouver ma place au milieu des 12 autres présidents !

Assumer des responsabilités  en tant que femme c’est d’être attentive aux réactions sexistes et savoir y faire barrage, c’est aussi montrer au personnel qui vous accompagne que femme vous avez la même capacité à autorité qu’un homme.

Pour ma part, démarrant mon troisième mandat fédéral, je vis et j’assume mes présidences, en toute quiétude ! regrette seulement qu’au niveau comité national olympique et sportifs et ses structures déconcentrées il y ai aussi peu de femmes dirigeantes…

L.S.M

Relire le portrait 5 : Nadia Aidli présidente de la Fédération de Double Dutch France

À lire également...